Témoignages – Testimonies

Dans cette section vous trouverez des témoignages de différents agents de la paix du Québec et d’ailleurs qui ont vécu une expérience avec Dieu dans leur travail. Que ce soit des vies qui furent transformées, d’avoir achevé une enquête qui semblait impossible, d’avoir sauvé des vies en étant divinement averti par Dieu ou un simple sentiment d’avoir fait une différence dans la vie de quelqu’un, vous trouverez toutes sortes d’histoire qui sauront ranimer la foi en chacun de vous.

Pour ceux qui aimeraient partager leur histoire, je vous invite à me les envoyer par courriel au fcpo.quebec@gmail.com Aucun nom ne sera publié à moins d’une demande contraire. Bonne lecture!!

————————————————————————————————————–

In this section you will find testimonies from different peace officers from Québec and elsewhere who experienced God at their job. Whether lives were transformed, impossible investigations were made possible, lives were saved while being warned by God or the simple feeling of making a difference in someone’s life, you will find many stories that will strenghen the faith in all of you.

For those who would like to share their stories, I invite you to send them to me via E-mail at fcpo.quebec@gmail.com No names will figure unless someone asks for it. Enjoy!

Tu es à la croisée des chemins!

Proverbes 8; 1-2

« La sagesse ne crie-t-elle pas? L’intelligence n’élève-t-elle pas sa voix? C’est au sommet des hauteurs près de la route, C’est à la croisée des chemins qu’elle se place »

Il y a près de 30 ans, alors que j’étais jeune chrétien né de nouveau depuis un an ou deux, Dieu m’avait parlé au sujet d’un jeune homme du nom de Gilbert.

Je connaissais un peu Gilbert, car lorsque je n’étais pas chrétien je trainais dans les bars à écrire ma poésie malsaine et macabre de l’époque. C’est dans ces endroits que je l’avais rencontré en premier lieu et qu’il se vantait de faire parfois des vols et attaques à main armée. Mais ma vie avait changé et j’étais devenu chrétien quelques années plus tard.

Alors un jour, dans la ville de Nîmes, dans le sud de la France, je vois mon Gilbert raser dans sa démarche les murs dans la rue. Je m’en souviens, c’était dans la rue de la République et je le voyais marcher péniblement vers ma direction.

C’est alors qu’une pensée très clair vînt à mon esprit : « Dis-lui : Tu es à la croisée des chemins, c’est le temps pour toi de te tourner vers Jésus-Christ, demain il sera trop tard. » Mais tout à coup, il me vînt aussi cette pensée : « Tu ne vas pas lui dire ça en pleine rue, tu vas passer pour un fou. » Cependant j’ai obéis à la première parole et je lui ai donc dis qu’il se trouvait à la croisée des chemins etc.

Je me souviens de son regard rempli d’une lourdeur incroyable …

Puis il s’est passé au moins 7 ans avant que je retrouve mon Gilbert dans une église évangélique à Nîmes que je visitais depuis peu. Gilbert louait Dieu avec sa jeune épouse. Il était rempli de tatouages aux bras, mais son cœur, pas de doute était vraiment entier à Dieu. C’est alors qu’il me fit quelques temps après nos retrouvailles cette confidence : « Tu te souviens mon frère quand je marchais dans la rue de la république et que tu m’avais parlé ? »

« Oui je m’en souviens très bien, lui répliquais-je ». « Eh bien mon frère ce jour-là Dieu a honoré ta Foi. J’allais vraiment mal et je me rendais à un rendez-vous terrible pour aller signer mon premier contrat pour exécuter quelqu’un au profit d’un criminel. »

Grâce à Dieu Gilbert ne s’est jamais rendu à son rendez-vous et a plutôt choisi celui de Jésus-Christ. Il a par la suite aussi réglé tous ses comptes avec ses problèmes de Justice.

Dieu utilise celui qui le cherche

Psaumes 32; 8

« Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre; Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi »

Étant policier chrétien, j’ai découvert qu’il est important de consacrer mon quart de travail à Dieu. Personnellement, quand je prends les quelques secondes nécessaires pour prier avant mon début de relève, je me rends compte que je suis plus sensible à la direction de Dieu.

Une nuit, alors que nous avions eut beaucoup d’appels et quelques arrestations dans un secteur problématique, mon partenaire et moi voulions retourner au poste rapidement vu que la fin de notre quart de travail approchait. À peine en route, je ressens que nous devons rester ici. J’ai dû m’obstiner avec mon collègue un instant, mais nous avons conclu de rester 10 minutes.

Alors que le chrono tirait à sa fin, nous avons reçu un appel d’un homme qui disait que sa sœur était partie se suicider dans le bois avec une corde. Immédiatement nous avons trouvé la dame qui était à peine à 100 mètres du lieu où nous étions stationnés. Elle était inconsciente et ne respirait plus, étranglée par une corde serrée à son cou. J’ai donc coupé la corde, fait quelques manœuvres de premiers soins et elle survécu.

Gloire à Dieu, nous n’étions qu’à 100m plutôt qu’une douzaine de km!

Prendre soin des plus petits:

Matthieu 25; 40:

« Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites »

Il y a quelques années j’ai eu à intervenir dans sur un appel où nous avons du retirer un enfant de sa famille juste avant Noel. Je lui ai donc demandé d’amener ses jouets préférés sachant que l’attente au poste d’une réponse de la DPJ serait surement longue. Comble de malheur, la petite fille échappa quelques secondes à notre surveillance et alla embarrer tous ses jouets dans un coffre-fort dont personne au poste n’avait la combinaison. Cette fillette se retrouvait à la veille de Noel sans famille, sans maison et sans jouet…

J’ai donc réveillé ma femme en arrivant le soir et nous avons convenu d’un budget pour en lui acheter. Le lendemain je me suis rendu dans un magasin à grande surface pour lui acheter des jouets et j’ai ensuite fait 3 heures de route pour aller les lui porter pour Noel.

Nul besoin de vous dire à quel point cet enfant avait un sourire au visage lorsqu’elle me vit arriver avec la pile de jouet à déballer. Environ 1 an plus tard j’ai appris que parmi toutes les choses que je lui avais acheté, que c’était une petite lampe-veilleuse en forme de champignon qu’elle avait préféré puisque cela la rassurait la nuit quand elle avait peur.

Article paru dans le journal « La Presse »

Les louanges

Romains 15; 1:

« Nous qui sommes forts, nous devons supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas, et ne pas nous complaire en nous-mêmes »

Dans ma première année de service j’ai eu un appel d’une dame disant qu’elle n’aimait pas la façon que son voisin du bas la regardait quand elle arrivait chez elle. Elle disait qu’il avait un regard « épeurant ». Ce soir là, je ne me rappelle plus pourquoi mais j’étais très fatigué et je me souviens que la seule chose dont j’avais hâte, était que mon quart de travail se termine.

Quand j’ai reçu l’appel je me souviens m’être dit en moi-même: « Qu’est-ce que tu veux bien que j’aille faire là!!!??? ». Lorsque je suis arrivé j’ai rencontré une dame très nerveuse qui avait du mal à se calmer pour me raconter ce qui se passait. La seule chose qu’elle trouva à me dire c’est qu’elle avait passé les 3 dernières heures à écouter des louanges/musique chrétienne pour se calmer et me demanda si je savais ce que c’était. Quand je lui ai répondu que j’étais chrétien et que je connaissais la musique chrétienne, elle se calma d’un coup sec et me dit que je pouvais quitter qu’elle était rassurée! Elle me confia avoir prié pour que Dieu lui envoie un « ange » pour la protéger et quand elle vit que parmi tous les policiers disponibles que c’était moi que Dieu avait envoyé, elle compris que Dieu veillait sur elle et qu’il ne l’avait pas oubliée. Ce fut assez pour qu’elle puisse enfin trouver le sommeil et elle ne nous rappela plus jamais.

À chaque jour que je quitte pour le travail je demande à Dieu qu’Il m’utilise pour bénir et protéger les autres. Ce jour là j’ai compris que malgré que je puisse trouver certains appels anodins, que le policier que Dieu s’attendait de moi était celui qui sera toujours là pour protéger les citoyens peu importe leurs craintes.

Un virage à 180°

1 Corinthiens 1; 18:

« Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu »

Dans un début d’avant-midi moi et mon partenaire avons reçu un appel pour un jeune s’étant fait prendre avec de la drogue à l’école. Ce qu’il faut savoir c’est que cette école était sa dernière chance d’avoir un diplôme s’étant fait expulser de toutes les autres écoles pour la même raison. Quand je suis arrivé à l’école je n’ai pas vu un « kid » qui faisait de l’attitude mais un jeune adulte de 18 ans qui regardait continuellement au sol sachant ce qui l’attendait.

Quelque chose en moi me disait de lui parler de Jésus mais je ne savais pas par où commencer ni quoi lui dire. Alors, puisque nous étions un vendredi, je l’ai simplement invité à venir nous rejoindre ce soir là dans notre groupe jeunesse à l’église. Contre toute attente il se présenta et j’eu la chance de pouvoir en apprendre un peu plus sur lui et sur sa situation avec sa famille. Nous lui avons remis une bible et il se mit à pleurer disant n’avoir jamais reçu tant d’amour; même de sa propre famille. Puis, par un concours de circonstance je n’ai plus jamais eu de nouvelles de lui.

Ce n’est que 5 ans plus tard via une connaissance commune que j’ai appris qu’il avait fait un virage à 180° dans sa vie, qu’il avait mit toutes les drogues de côté, qu’il s’était joint à une église, avait accepté Jésus dans sa vie et s’impliquait activement dans son église.

Dieu nous a dit que ce n’est pas un esprit de timidité qu’Il a mit en nous mais un esprit de force. Osons ouvrir la bouche pour Jesus!

Nous avons pleine autorité!

Psaumes 44; 6:

« Car ce n’est pas en mon arc que je me confie, Ce n’est pas mon épée qui me sauvera »

Un matin d’hiver nous avons reçu un appel d’une famille disant qu’un de leur membre était hors de contrôle. Une fois sur les lieux un jeune adolescent de 6’4 » – 250lbs qui criait des mots dans une langue inaudible était maintenu au sol par son frère qui avait lui aussi la même corpulence. Lorsque j’ai demandé à son frère qu’elle langue leur famille parlait, il m’a répondu qu’ils ne parlaient que le français et que personne ne comprenait ce que l’adolescent racontait.

Je savais que nous allions devoir l’amener à l’hôpital et que nous aurions surement à utiliser la force puisque sa famille nous avait mentionné que la situation était comme cela depuis 23:00 la veille. Ils nous dirent également que leur fils ne faisait que se rouler au sol et qu’il ne marchait plus depuis plus de 12 heures. J’ai donc mis ma main sur sa jambe (alors que son frère le maitrisait toujours) et je me suis mis à prier et à demander autorité sur peu importe ce qui causait cet état. À ce moment le jeune me regarda avec des yeux vides et se mit à parler dans une langue inconnu et à me crier après; il se débattait de plus en plus fort.

Puis lorsque les ambulanciers arrivèrent, je lui ai dis de se lever parce que nous allions devoir partir. Instantanément il se leva, mit ses bottes et embarqua de lui-même dans l’ambulance. En un instant, tout ce que le jeune avait fait durant les 12 dernières heures venaient de se terminer! Ma crainte de ne pas savoir ce qui allait se passer venait de disparaitre à l’instant! La famille n’y comprenait rien ….. et moi non plus! C’était la première fois que j’osais prier pour une telle situation! J’ai réellement réalisé ce jour là que je possédais 2 formes d’autorités: Celle qui venait avec mon uniforme et celle de la croix.

Mon entrée dans la police – Partie 1

Apocalypse 3; 8b:

« J‘ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer »

Quand j’ai été engagé dans la police pour la première fois, j’étais loin de me douter que je perdrais mon travail 6 mois plus tard. Un certain capitaine qui ne me voyait pas dans sa soupe entrepris d’accumuler un dossier contre moi et quand vint le temps de me congédier, il me conseilla de lui remettre ma démission pour que je n’aies pas à dire durant d’autres entrevues que j’avais été mis à la porte. Je lui ai donc remis ma démission et j’ai appliqué pour 31 des 32 corps de police du Québec. En entrevue je faisais comme le capitaine m’avais suggéré de faire et je racontais avoir donné ma démission de façon volontaire même si en vérité je l’avais donné de façon forcée; après tout c’était l’entente avec le capitaine! Malgré cela j’ai été refusé par les 31 organisations pour lesquelles j’avais postulé.

Je suis donc aller rencontrer le capitaine des affaires internes de mon premier employeur pour lui demander si je pouvais revenir dans l’organisation en lui disant que je regrettais mes erreurs du passé et que j’avais cheminé durant les dernier mois. Il m’a dit que le directeur ne voulait rien savoir mais qu’il avait énormément apprécié que je sois allé m’humilier devant lui, lui ayant démontré beaucoup de maturité. Cela ne me donnait pas de travail pour autant …

Puis j’ai appliqué pour le 32e et dernier corps de police (pour lequel je n’avais jamais envoyé mon nom étant convaincu qu’un corps de police si important ne voudrait jamais de moi) et je fus invité à l’entrevue. En entrevue j’ai expliqué cette fois-ci que j’avais remis ma démission de force et que j’avais beaucoup appris durant la dernière année à me chercher un emploi.

Par ma plus grande surprise je fus engagé par cet employeur et encore aujourd’hui j’y travailles toujours avec grand bonheur. Quand vint le temps de déménager pour me rapprocher de mon nouveau travail j’en ai profiter pour aller saluer une dernière fois le capitaine des affaires internes que j’avais rencontré et il m’a dit qu’il était déjà au courant. Il m’a raconté que le jour où mon employeur avait appelé pour avoir des informations sur moi qu’on lui avait transféré l’appel puisque le capitaine qui m’avait menti était absent pour cause de maladie (il n’avait jamais pris de congé maladie dans le passé). Il leur a donc raconté que j’étais allé m’humilier devant lui et que si plus de policiers avaient la même attitude de repentance, que la police irait beaucoup plus loin. Cela fut assez pour les convaincre de m’engager!

J’étais convaincu que plus jamais je ne serais policier mais Dieu en avait décidé autrement; la porte était encore ouverte!

Mon entrée dans la police – Partie 2

Matthieu 6; 34:

« Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même »

Puisque mon nouveau travail n’était pas dans la ville où nous demeurions et que ma femme devait finir son cour à l’école nous avons du établir un budget afin de déterminer combien nous pouvions mettre sur un logement pour moi là-bas et sur une 2e auto pour que je puisse voyager. Nous ne pouvions pas investir plus de 600$/mois sans quoi nous nous endetterions sérieusement.

Nous avons donc choisi d’acheter une petite Yaris qui serait très économique et très peu cher mais après avoir vérifié dans plus de 5 concessionnaires il n’en restait plus une seule dans tout le Québec. Nous sommes donc allés dans un dernier garage qui nous raconta la même chose. Cependant, le vendeur alla voir son inventaire et remarqua qu’une Yaris avait une étiquette « Vendue » qui avait été oubliée sur le pare-brise puisque les acheteurs ne s’étaient pas qualifiés au crédit. Nous l’avons donc acheté immédiatement et elle ne nous a couté que 200$/mois incluant les taxes, intérêts et pneus d’hiver. Il ne restait plus qu’à me trouver un endroit où demeurer avec seulement 400$ …

J’ai donc appelé dans une église de la région et la secrétaire m’informa qu’une fille de l’église avait une grand-mère qui ne dormait plus la nuit depuis qu’un voleur avait essayé d’entrer chez elle. J’ai donc rencontré cette dame qui m’offra de demeurer chez elle pour la modique somme de 400$/mois incluant un sous-sol complet, ma propre salle de bain, mon salon, le câble, le téléphone ainsi que TOUS mes repas d’inclus! En échange elle ne demandait seulement à ce que je passe de temps en temps avec l’auto de police devant sa maison pour la rassurer la nuit. Quand les autres agents sur mon équipe apprirent cela ils passèrent eux aussi devant sa maison en allumant les gyrophares pour la rassurer!

Publicités