Étude « Courageous » – Leçon #2

capture-decran-2016-10-15-a-15-30-28

« Étude  « Courageous » – Leçon #2 » 

Comme l’étude biblique est basée sur le film « Courageous » qui parle d’avoir du courage dans plusieurs aspects de nos vies, le titre de la 2e rencontre était « Ca prend du courage pour chérir ce qui importe le plus ».

Nous avons donc débuté la 2e rencontre de l’étude « Courageous » avec cette simple question qui a pourtant une grande signification : Est-ce que c’est quelque chose que vous « faites » ou est-ce c’est quelque chose que vous « êtes »?

Tous seront d’accord pour dire qu’il y a une énorme, voire une gigantesque différence entre « Être DANS la police » et « Être UNE police ».

De la même façon nous pouvons aussi nous demander : « Avez-vous simplement le STATU de chrétien ou êtes-vous UN chrétien? », « Avez-vous simplement le STATU de mari ou êtes-vous UN mari? ».

La différence se trouvera dans l’attitude de la personne par le fait qu’il s’efforcera de montrer l’exemple. Celui qui passera chaque journée à se demander comment il pourrait briller pour Jésus sera appelé UN chrétien comparativement à celui qui ne fera qu’aller à l’église le dimanche matin.

De la même façon, celui qui honorera sa femme en la traitant en priorité sera appelé UN mari comparativement à celui qui passera ses soirées avec ses amis en laissant sa femme seule à la maison à chaque soir.

Si nous désirons franchir une autre étape dans nos vies et aller plus loin, nous nous devons de nous poser cette question. En fait cette question devient fondamentale dans les 4 sujets suivants : « Chrétien(ne) », « Époux(se) », « Parents » et « Policier(ère) ».

Lors de la rencontre nous avons donné une priorité à ces sujets selon leur ordre dans nos vies et ensuite nous les avons reclassés selon l’ordre dans lequel nous aimerions qu’ils se retrouvent.

Nul besoin de vous dire que nous nous devons d’honorer Dieu en 1er, notre époux(se) en 2e, nos enfants en 3e et en notre travail en 4e.

Mais quoi qu’il y ait un ordre pour ces choses, il n’en demeure pas moins que TOUS ces sujets sont dignes que nous les abordions avec TOUS nos efforts possibles.

De ce fait, je donnais l’exemple que pour moi, tant qu’il resterait une seule croix sur mon territoire (peu importe qu’elle soit sur le toit d’une église ou dans le sous-sol d’une maison), tant et aussi longtemps qu’il restera une seule croix, c’est MON territoire! Ce n’est pas moi qui marche sur le territoire des bandits mais ce sont les bandits qui marchent sur MON territoire.

Ce qui m’amène à vous poser la question suivante : « À quel point est-ce que c’est VOTRE territoire et que vous ne ménagerez pas aucuns efforts pour le protéger et le faire prospérer? À quel point est-ce que vous n’accepterez pas que des intrus ne viennent détruire VOTRE territoire? ».

En d’autres mots, à quel point est-ce que votre mariage est VOTRE territoire, que vous êtes prêt à vous battre pour votre femme et que vous n’accepterez pas que quelqu’un ne vienne détruire ce que vous aurez accompli ensemble? À quel point est-ce que votre famille est VOTRE territoire et que vous n’accepterez pas que quelqu’un ne vienne la détruire?

À quel point avez-vous planté une croix sur VOTRE territoire?

Josué 1; 3

Puis à la fin, nous avons lu le passage dans Luc 4; 15-21 où Jésus lit un passage du livre d’Esaïe (Es. 61; 1-3) :

Luc 4; 15-21:

« Il enseignait dans les synagogues, et il était glorifié par tous. Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Ésaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit: L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire: Aujourd’hui cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, est accomplie.« 

Esaïe 61; 1-3:

« L’esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, Car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance; Pour publier une année de grâce de l’Éternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu; Pour consoler tous les affligés; Pour accorder aux affligés de Sion, Pour leur donner une couronne au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, Afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l’Éternel, pour servir à sa gloire. »

Puis lorsque Jésus termina sa lecture, il roula le livre et proclama qu’ « aujourd’hui » cette prophétie était accomplie.

En disant cela, Jésus affirma qu’au travers Lui, Dieu désirait transformer nos « Cendres » en « Couronnes », nos « Lieux de deuil » en « Huile de joie » et nos « Esprits abattus » en « Vêtement de louange ».

J’aimerais donc vous dire que si vous avez connu plusieurs échecs dans le passé parmi ces 4 sujets, au point où vous les considérez comme étant de la « Cendre », un « Lieu de deuil » et un « Esprit abattu», sachez que rien ne Lui est impossible et qu’Il désire réellement transformer cette situation en « Couronne », en « Huile de joie » et en « Vêtement de louange ».

Soyez bénis!

Publicités